Les Bonnes

Nouvelle création 2017 !

 

Affiche Les BonnesUne maison bourgeoise. Une chambre fleurie et endeuillée. Deux bonnes accomplissent leur rituel quotidien : la première, Solange, tente d’étrangler sa sœur, Claire, parée d’une des robes de leur maîtresse dont elle imite chacun des gestes. À la première sonnerie du réveil, la cérémonie doit cesser, les masques tomber et chacune reprendre son identité : Madame va rentrer et il ne faudrait pas qu’elle trouve l’empreinte de l’une ou de l’autre bonne sur le lit ou dans la penderie.

Mais il fait lourd ce soir, et ni Claire ni Solange ne peuvent contenir leur haine de l’autre,  leur dégoût d’elles-mêmes et leurs fantasmes criminels. Ce soir, elles iront jusqu’au bout : Solange décide de verser du gardénal dans le tilleul de Madame.

Si, par l’exaltation de la parole, elles se rendent maîtresses de leur existence, comment les bonnes peuvent-elles s’extraire de leur enveloppe de crasse dans le réel, cet étau putride qui les bâillonne et les écrase ? La réalité peut-elle se substituer à la jouissance du jeu, à l’extase du culte et du simulacre ?

« […] on ne peut vouloir être ce qu’on est que dans l’imaginaire ; pour vivre jusqu’à la passion, jusqu’à la lie leur infortune, il faut qu’elles s’en fassent les auteurs. »  Jean-Paul  Sartre,  « Les Bonnes », Saint Genet, comédien et martyr, Gallimard, 1952.


Auteur : Jean GENET

Metteure en scène : Anne-Lore LEGUICHEUX

Assistante de mise en scène : Alice BEROUD

Comédiennes : Marie CEOLIN, Isaure LAPIERRE, Anne-Lore LEGUICHEUX

Pianiste/Compositeur : Adrien GRAF avec la collaboration d’Alice BEROUD

Chorégraphe : Mélodie DECULTIEUX

Scénographes : Bruno LEGUICHEUX & Anne-Lore LEGUICHEUX

Créateur Lumières : Elodie MURAT

Créateurs Affiche :   Valérie BAICHE (crédit photo) & Arthur LAPIERRE (graphisme)